6 réflexions sur “ L’EXISTENCE 4/? ”

  1. Bonjour!

    Dans le blogue du journal « La Croix » (Le randonneur, de Daniel Bougnoux) il y aura très bientôt un commentaire invitant le lecteur à lire le travail herculéen de Monsieur Bardou http://guillaumebardou.com/?p=1809
    Il a été posté ce matin et il est pour l’heure en modération.
    Voir son dernier billet sur La Reine des neiges 2
    Bonne journée et bonnes fêtes de fin d’année à tous.

    Roxane

  2. Bonjour à tous!

    Oui Guillaume mais si la question est « in-nocente », le jeune tambour dans sa bouche une rose saura-t-il parler de la vie comme l’opéra du romantique dans sa manière bleue?
    Référence : « Athanase ou la manière bleue », un roman de Gonzague Saint Bris
    (Dernier chapitre :Une bouche comme l’Opéra)

    Donné de l’abbaye, le jour des saints Innocents

    Jacques

    1. Et bien, je pense que pour donner une réponse pertinente, il me faudrait lire athanase. Pour l’heure je n’en ai lu que le descriptif. (Figurez-vous que je viens de tomber en panne avec mon camion d’artisan en allant vers les Landes et que j’ai un peu de temps en attendant la voiture de location).
      j ai noté quelque chose dans le descriptif : «  comme le fait justement remarquer Gonzague Saint Bris, « le bleu est la couleur d’où est issue toute profondeur » ».
      Ce qui m’a fait penser À une lecture d’un texte de Aurobindo, qui dit qu’en spiritualité hindoue le bleu est la couleur de Krishna,

  3. Quatre-vingt-quatre pages pour une sacrée réflexion à accrocher sur l’arbre de Noël…

    L’homme n’étant pas cet être innocent et paisible couronné de fleurs, devrait-il faire la bête pour devenir un ange?

    Un ange peut faire la bête mas la bête ne fait pas l’ange…

    Quid de ce mot « innocence ».? On en connaît au moins quatre acceptions encyclopédiques. Mais il y en a une autre dont l’orthographe diffère un peu :

    « in-nocence » qui a un sens véritable dans l’analyse sans complaisance de « La grande déculturation » faite par Renaud Camus.

    Votre réflexion empreinte de finesse et de géométrie est grosse de quelque chose…

    Un souffle avec « les ailes sanguines d’Éros » saurait-il « comprendre » cette surenfance?

    On observera que cette expression entre guillemets est l’anagramme de ce titre : « Les liaisons dangereuses »

    Puisse l’esprit qui a des tripes répondre à l’innocente question!

    Bonne nuit et joyeuses fêtes de fin d’année à vous et vos proches.

    Donné le vingt-huit décembre deux mille dix-neuf

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *