Que faire ?

Je dis cette question avec le pouvoir d’y répondre : que faire de l’existence ?
Le lien entre mon moi fini et le tout infini m’apparaît dans mes choix
Je suis capable de me prendre par la main, de me redonner la vie, c’est déjà beau
Je ressens l’identité du pouvoir et de l’existence, cela me dépasse pourtant
Je ressens mon choix décisif et improbable qui fait toute ma vérité pauvre et nue
Ce choix étroit et léger qui se transforme en lourdes gouttes de beautés
Tombées dans les terres absorbantes capables d’autres heures

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.